En relation avec la thématique 2016 du festival Photofolies, c’est dans des lieux du quotidien, que les photographies présentées ici ancrent leur appel à la mémoire, plus particulièrement dans des environnements en relation avec le monde du travail.

 

La mise en image de tels lieux, tout en soulignant la puissance de l’anodin dans notre rapport au passé, pose la question de la transmission de l’expérience individuelle, interroge en creux les notions de pénibilité et de labeur, la place qui est réservée à l’homme.

 

En se positionnant à l’écart, détachées de l’histoire et de la mise en spectacle de ses événements, les propositions du collectif « Histoires courtes » font avant tout appel à l’indice, au fragment, à l’objet, ou au presque rien, et créent un climat aussi propice au souvenir, qu’à la fiction suggestive.

 

" Si nous examinons de quelle façon nous nous souvenons, nous reconnaîtrions que le plus grand nombre de nos souvenirs nous reviennent lorsque nos parents, nos amis, ou d'autres hommes nous les rappellent. [...] c'est dans la société que l'homme acquiert ses souvenirs, qu'il se les rappelle, qu'il les reconnaît et les localise. [...]

Maurice Halbwachs "Les cadres sociaux de la mémoire"

 

 

OFF - RODEZ - Tawla « Histoires courtes »

Participants au projet « Histoires courtes » :

- « Mécanique  Générale » - François Deladerrière

Atelier de mécanique générale - 2 photographies (81x100)

 

« Arrêt de travail » - David Rouziès

Service de médecine du travail - 6 à 8 photographies (30x40)

 

« It eats men »  - Sylvain Lagarde

Environnements industriels - 6 à 8 photographies (24x36)

 

« Maison&Atelier » - Bastien Marion

Typologie des « maisons-ateliers » - 6 à 8 photographies (24x36)

 

Plus d'infos : www.facebook.com/tawla.fr/

Infos pratiques :

Exposition collective du 01 au 22 Octobre

Ouverture du mercredi au samedi de 14h à 18h

TAWLA - 23 rue de l’Embergue - RODEZ

Association PHOTOfolies 12 - Rodez       crédits      © 2016